Pour l’internaute lambda, Internet se résume aux sites légaux qu’il visite. Cependant, le Web comprend d’autres parties, comme le darkweb ou le deep web. Découvrez en détail ces différentes parties du Net qui ne sont accessibles qu’aux initiés, et comment accéder au deep web.

Différences entre le darkweb et le deep web

1 darkweb ou deep web

La définition du deep web renvoie à la partie d’Internet disponible en ligne, même si elle n’est généralement pas reconnue par les moteurs de recherche courants comme Bing, Yahoo ou Google. En français, ce concept peut être traduit par Web caché ou Web profond. Par ailleurs, le darkweb et le deep web ne sont pas accessibles aux navigateurs classiques comme Firefox, Chrome ou Safari. L’histoire du deep web remonte à la création d’Internet et à l’heure actuelle, il est admis que cette partie représente environ 90 % de la totalité du Web. Le darkweb et le deep web représentent la partie immergée de l’iceberg qu’est Internet. De ce fait, seuls 10 % du contenu d’Internet sont accessibles par un internaute classique.
Il faut garder en tête que les différents contenus disponibles dans le deep web ne sont pas forcément des sites [darkweb](/darkweb/), et qu’ils ne font pas tous partie d’un réseau d’anonymisation. Le deep web regroupe essentiellement des contenus :
* dynamiques ;
* non liés ;
* sans lien ;
* à accès limités ;
* comportant des scripts difficiles à atteindre par les moteurs de recherche.

Sur cet article, vous pouvez trouver des renseignements supplémentaires sur le deep web.

Qu’en est-il du darknet ?

Il existe non pas un darknet, mais plusieurs réseaux portant ce nom. Il s’agit généralement de :
* petits réseaux P2P (Pair to Pair) privés ou F2F (Friends to Friends) ;
* grands réseaux, comme I2P, Freenet ou encore Tor.

Le darkweb se rapporte aux différents contenus du web qui se trouvent sur les réseaux darknet. Ces derniers regroupent tous les réseaux cryptés qui permettent d’accéder à des pages spécifiques. De son côté, le darkweb englobe toutes les pages qui ne sont accessibles qu’avec des navigateurs spéciaux. Le darkweb accessible via le réseau Tor est surnommé Onion Land en raison du suffixe .onion caractéristique des sites qui y sont présents. Il est capital de retenir que la sécurité du darkweb n’est pas assurée.

Ce qu’il faut retenir

Le darkweb concerne les pages présentes sur un réseau parallèle et qui ne sont pas accessibles via les navigateurs habituels. Quant au deep web, il désigne les pages qui ne sont tout simplement pas indexées par les moteurs de recherche. En ce qui concerne le web, il regroupe les pages classiques (comme celle-ci) présentes sur le réseau internet. Sur cette vidéo, vous connaîtrez tout de la face cachée d’Internet.

Quid du deep web ?

Les moteurs de recherche traditionnels ne sont pas en mesure d’accéder à toutes les pages existantes sur Internet. Comme elles ne se trouvent pas sur le Web surfacique (accessible facilement), elles sont regroupées dans le deep web ou Web profond. Voici les raisons pour lesquelles ces pages et ces fichiers ne peuvent pas être référencés :
* il n’existe pas de lien qui dirige vers la page ;
* l’accès à la page demande un mot de passe ;
* le fichier ou la page n’est pas compréhensible par les robots des navigateurs ;
* le site ne souhaite pas être référencé.

Le darkweb en détail

Il faut savoir que le darkweb est dangereux, car il regroupe tous les sites illégaux de la Toile. Pour accéder au darkweb, il faut utiliser des navigateurs spéciaux, comme I2P, Tor Browser, Freenet, ZeroGate, Invisible, SafetyGate, etc. En outre, il est essentiel de connaître l’adresse exacte de la page ou du site recherché pour y accéder.

Raison d’être du darkweb

Le darkweb existe pour contourner les différentes formes de censure appliquées par certains pays. Son objectif est l’échange des documents et des fichiers qui ne peuvent pas être contrôlés par les organismes de censure ou l’État lui-même. Les trafiquants en tous genres ont rapidement compris que le darkweb est une plateforme parfaite pour eux. Ils peuvent effectivement réaliser leurs méfaits en toute discrétion.
D’autres acteurs n’ont pas hésité à utiliser cet espace sur lequel tout est maintenant possible. Avec l’intensification des mesures contre les différentes formes de piratage et la fermeture de certains sites (T411 et Zone Téléchargement), le darkweb est l’espace indiqué pour les téléchargements illégaux. Cependant, la faiblesse actuelle du débit ne permet pas encore la démocratisation de cette pratique.

Les contenus du darkweb

Si la vente de drogues et d’armes concerne la grande majorité des contenus du darkweb, il abrite également des :
* sites terroristes ;
* méthodes pour tuer quelqu’un ou se suicider ;
* méthodes pour concevoir des bombes ;
* photos et vidéos pédophiles ;
* bitcoins, puisque l’utilisation des cartes bancaires est vivement déconseillée ;
* prestations diverses, comme les services d’un tueur à gages.

Se rendre dans le darkweb

Comme expliqué précédemment, des navigateurs spécifiques et la connaissance des pages d’accès sont indispensables pour se rendre dans le darkweb. Si vous voulez vous y rendre par curiosité, l’utilisation d’un VPN n’est pas indispensable. Dans le cas inverse, n’oubliez pas que les forces de l’ordre y ont aussi accès. Il leur est tout à fait possible d’exiger de votre fournisseur d’accès Internet les adresses des sites que vous avez consultés. Dans tous les cas, la prudence reste de mise, car la nature illégale de l’opération nécessite de rester anonyme. N’oubliez pas que les créateurs et les administrateurs de ces sites sont des hackers professionnels et que, si vous leur donnez les moyens suffisants, ils pourront aisément remonter jusqu’à vous.

Les précautions à prendre

Si vous vous rendez dans le darkweb, il convient de suivre quelques recommandations pour ne pas compromettre votre anonymat :
* utilisez seulement le navigateur Tor et n’oubliez pas de fermer les autres ;
* n’installez aucun plugin ou extension sur le navigateur Tor, car il n’a pas été conçu pour du contenu Silverlight, Flash ou Realplayer ;
* ne visitez que les sites .onion quand vous utilisez Tor et ne surfez pas sur le Web surfacique ;
* quand vous vous connectez avec Tor, n’ouvrez pas les fichiers téléchargés avec ce navigateur spécial.

Ces mêmes consignes s’appliquent pour un terminal Android ou Mac.